BERT de Google : le tutorial pour le référencement naturel

BERT de Google est indéniable lors de traitement d’un texte afin de réussir un référencement naturel. Bien sûr, si on espère avoir la première page de Google. En Voici le tutorial. En effet, les mots-clés recherchés par l’internaute sont affichés et repartis suivant le classement de Google. Placer les mots clés au bon endroit est un grand secret du référencement naturel. Tous les rédacteurs web avancés le savent déjà. Mais afin de répondre encore mieux à la recherche ponctuelle des internautes dans le site de référencement Google, son ancienne méthode a été solidifiée par ce géant du web. Cette méthode porte le nom de BERT (Bidirectional Encoder Representations from Transformers), ce qui éxige une formule précise appliquée dans chaque texte diffusé par les rédacteurs web. BERT de Google est depuis fin 2019 mis en application sur son site même.

Bertez vos textes!

A savoir qu’il ne suffit pas de mettre nos bons vieux deux ou trois mots-clés principaux dans chaque partie de texte. Nous trouvons encore un grand nombre de sites qui se contente de rester dans ce principe pour placer les siens au référencement Google. Pendant que cela nécessite d’être amélioré de nos jours. Car selon la méthode de sélection de texte BERT, implantée par Google sur le champ de référencement SEO, les-mots clés multiples ou diversifiés prévalent actuellement. Ces derniers rempliraient de préférence presque la totalité du texte. Et ce, sans faire allusion à la multiplication des mots-clés par 20 fois du temps ringard. Cette fois-ci, il faut dresser une liste de mots-clés, les catapulter de manière sémantique et ordonnée et non pas artificielle.

BERT de Google et la sélection des textes web

Pour aller plus loin dans le principe, il implique d’apprendre même la base de la rédaction web tout en se familiarisant au style BERT. A savoir que Google peut bien évidemment classer une liste de centaine de sites voire mille étant centrée sur un domaine. Par suite BERT sélectionne d’abord le texte par sa longueur et par sa pertinence. Il peut aussi prioriser le texte selon l’expérience du rédacteur qu’il perçoit à travers le sujet qu’il traite. Comment il le fais ? Il va voir les synonymes et les termes proches qui peuvent englober un domaine ou un contexte, d’où les mots clés diversifiés. De plus, il sélectionne au moyen de champ sémantique et lexical. Il peut privilégier dès fois des mots attachés à l’actualité. C’est la raison pour laquelle un texte arrive actuellement à être lu, vu qu’il est positionné à la première page par le système BERT.

Une méthode d’hier améliorée

Ce dernier est tout simplement une amélioration de méthode classique de la sélection du texte par Google. BERT s’opère donc en détectant le sens réel et naturel d’un ensemble de mots tapés par les internautes. Son objectif ? comprendre le vrai besoin de l’internaute. Comment ? Par son principe numérique, BERT détecte la requête des internautes à partir des indices. Ces derniers représentent la disposition des mots dans une phrase, des prépositions, des pronoms précis et des termes d’actualités. Etant donné que Google possède plusieurs catégories insérées dans un même thème. Par exemple, pour le thème “forêt”, il y intègre deux ou trois catégories contenant chacune d’elles des pages respectives. Disons deux catégories pour ce thème forêt : animal et voyage. Si Google reçoit deux requêtes comme : “visite des animaux” et l’autre “animaux visitent”, BERT sera bien capable d’orienter la réponse à afficher, pour le premier vers “le voyage”, et le deuxième vers “la vie des animaux”. Mais tous étant dans le même thème forêt. C’est ainsi que Google répond la requête de l’internaute.

Qu’en est-il alors de la rédaction web ?

La méthode classiqe reste le même. Ce qui signifie qu’il y a des phrases courtes, des mots-clés diversifiés, des paragraphes titrés à un volume similaire soit de 150 à 200 mots. Bref, tout ce que le référencement SEO Google exige depuis pas mal de temps. S’ajoute un texte respectant aussi le placement de différents mots-clés, ce que nous allons voir une peu ci-dessous. En rédaction web, ces sources de mots-clés devraient être présentes tout au long du texte. Que cela représente : un sujet, un verbe, un nom propre ou commun, un nom inventé réputé, un adverbe, un adjectif, etc. Pour une meilleure correspondance avec Google, il suffit de voir des mots qui s’affichent en bas où il est écrit “recherches associées”.

Les mots-clés riches dans le texte web

Un rédacteur a donc trois missions. D’abord produire un article bien structuré et riche en idée. Ensuite utiliser tous les bons mots-clés principaux. Pour cela, je vous invite à utiliser tous les mots clés perceptibles autour d’un contexte. Ce contexte étant le centre de votre inspiration rédactionnelle, et ce n’est autre que la réponse respective de la requête envoyée par l’utilisateur Google. Le plus important, c’est de compléter la réponse à une question au lieu de diverger le sens même du titre aux deux ou trois derniers paragraphes du texte. Sans être indiscret, c’est ce qu’on perçoit souvent dans certains textes web actuels. Toutefois, si le texte justifie l’expérience complète et relative à la réponse, il sera trié et mis à la première page par BERT.
Une autre raison de diversifier les mots-clés est le fait que les internautes répriment des résultats entassés par un mot ou deux mots banals tapés. BERT contribue aussi à éviter ce type de résultat moins classé. Selon l’internaute, ce type de mot clé est commercial, il affichera trop de résultats embarrassants, difficile d’en choisir un. La solution ? Dans le texte à envoyer pour Google, il faut tout intégrer pour avoir sa place : des mots banals et des mots diversifiés. Toutefois, il est toujours nécessaire d’apporter la meilleure qualité du contenu web en présence de plusieurs mots-clés pertinents.

Les autres mots à part le mot-clé principal

Avez-vous remarqué que c’est tout à fait logique que si un internaute tape sur Google, voici ce qui se passe. Les mots forts sont exprimés, ceux qu’on entend souvent lors des événements de sensation ou de sentiment dominants qui sont axés sur un sujet. Ceux-ci peuvent avoir le sens proche comme les synonymes ou encore les mots en longue traîne en partant par un mot-clé principal. On peut avoir par exemple des mots plus profonds (émotionnels, tendanciels, significatifs ..) autour d’un sujet. Par exemple, des mots spécifiques retiennent réellement l’attention et l’intérêt propre de l’internaute. Fréquemment, ce n’est pas forcement le mot-clé principal qui va être le canal de liaison du lecteur avec les textes. C’est un autre mot qui soit interprété par l’internaute, qu’il l’exprime à sa manière. Par exemple, ces mots instinctifs qui le touchent d’une certaine manière et peuvent d’ailleurs compléter le mot-clé principal. Il faut comprendre tout l’univers de perception des autres, imaginer de manière évidente ce que les autres pensent. Partager vos idées avec beaucoup d’empathie, de clarté, de simplicité de compréhension. Un rédacteur écrit pour une personne, un ami des internautes et non seulement pour Google friendly. Ces traces humains devraient être privilégiés dans le texte. Car quand BERT a mis en avant votre texte à sa manière, ce sont pour les internautes. Après cela, ces derniers vont poursuivre à intensifier votre référencement. C’est au tour des internautes qui participent à votre référencement grâce à des lectures et des clics étant la récompense de vos qualités de texte. Ce sont donc deux étapes complémentaires.

S’inspirer des mots-clés des sites forts

Si vous êtes un rédacteur averti, familiarisez vous à une cible de lecteur et un sujet précis. Avant de bâtir votre plan, il serait mieux d’avoir des idées sur les mots clés déjà utilisés par les sites en ligne. Comment faire ? Si vous tapez un mot sur la barre de recherche Google, vous arriverez certainement à dévoiler les dix premières pages. Ce qui signifie que leurs mots-clés utilisés sont forts. Par exemple, essayez-le avec un sujet plus tendanciel. Celui qui apporte une solution confiante pour des milliers de personnes de nos jours. Vous aurez par suite des milliers de résultats d’articles, car plusieurs sujets sont relatifs avec le même problème. En partant d’une recherche minutieuse, vous pouvez arrivez à percevoir toutes les idées intéressantes dévoilées à partir de quelques articles déjà publiés. Vous pouvez même relever ces idées et les transformer en des mots clés intéressantes pour chacun de votre paragraphe selon la structure de votre texte. Vous pouvez aussi par exemple faire une analyse des mots-clés déjà utilisés par d’autres textes. Pour vous aider à le faire, vous pouvez même utiliser des outils en ligne gratuits. Faites une recherche d’analyse de la force des mots-clés en tapant “outil d’analyse de mot-clé en ligne” sur Google. Choisissez un de ces outils qui vous permettent de comparer et de détecter les mots les plus utilisés autour d’un sujet. Puis vous y découvrez les mots qui ne sont guère exploités mais probablement intéressant à utiliser. Dès que vous arrivez à récolter des mots clés nécessaires, enrichissez-les avant de disposer dans votre texte. Ainsi, vous pouvez aisément créer un texte qui intègre des mots endurants et riches à l’égard de Google. De même ceux qui servent les internautes pour le long terme.

Structure des mots clés dans chaque partie du texte

Le principal mot-clé est notamment dans le titre de l’article. Celui-ci capte l’intention à la première lecture. Habituellement, il sera aussi présent dans chaque partie d’un corps de texte : titre, metadescription, intertitres, paragraphes. Pour enrichir les mots-clés, on ajoute aussi d’autres qui se repartissent dans chacun des paragraphes. C’est-à-dire, chaque paragraphe du texte peut avoir un mot-clé collectif et autres étant tous différents.

Insérer une ancre qui redirige vers une autre page

Il est aussi important de savoir que le maillage interne est une exigence pour accroître la réussite d’un référencement SEO. Généralement, ce maillage consiste à utiliser des mots-clés en forme d’ancre étant un lien dans une page vers une autre page du site. Le maillage est une autre façon de structurer les mots-clés. Son avantage ? L’interaction des pages à l’aide des ancres stimule la lecture. Du fait que l’ancre guide convenablement l’internaute pour présenter de plus en plus de ressources. Pour animer un site on devrait avoir une ancre au minimum pour chaque texte. Cette ancre représente deux ou trois mots voire plus, pour former un mot-clé indépendant.   Dans ce cas, le mot-clé de l’ancre joue deux rôles. D’abord il complète le sens de la phrase où il est inséré. Ensuite, il représente un mot-clé appartenant à la page où elle atterrit. Par conséquent, le fait d’avoir une ancre dans le corps de texte plait au moteur de recherche. C’est donc un atout pour s’être sélectionné par le moteur de recherche.   Pensez maintenant à mettre des ancres sur toutes vos pages. Peut-être aussi que c’est le moyen pour les lecteurs de feuilleter et de partager tous vos beaux textes dans votre site . Qui sait.   Merci pour la lecture et à la prochaine !    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 29 =